+33 (0)7 86 09 70 14 ⎮ à proposmail
Mémoire de DNSEP (2017) dirigé par Catherine de Smet et Marjolaine Lévy. Le choix de ce sujet de mémoire découle d’un interêt prononcé qu’est le mien pour le cinéma, tout comme les notions de paratexte et d’épitexte, c’est pourquoi l’élément paratextuel qu’est le générique au cinéma c’est naturellement imposé. Ce choix de Pablo Ferro m’est apparu comme singulier, puisque peu connu, peu étudié, et a fortiori quasiment pas traité du point de vu du graphiste — tout en s’inscrivant dans une actualité. J’ai ici cherché à savoir comment une même personne peut avoir une production graphique aussi éclectique? Ce qui a entrainé la problématique de ce mémoire où je cherche à savoir si l’on peu identifier un «style Ferro» dans des productions aussi diversifiées, et également, quel est l’apport et l’influence de Ferro dans le champs du design graphique et plus largement, dans celui des arts visuels. Cet écrit se veut comme un portrait de travail, celui d’un designer, à travers un corpus de 25 de ses génériques, de son premier à son dernier. Deux grands axes ont été identifiés: le premier concernant les lettrages, qui sont une récurrente forte du travail de Ferro. Cela à nécessité par la suite de se pencher plus largement sur les titrages vernaculaires et les typographies dessinées de Pablo Ferro (avec les références à la culture populaire américaine que cela engendre). Le second axe défini concerne plus spécifiquement les notions d’écriture en mouvement, en prenant en compte le changement des outils et des mediums avec l’avènement de l’ordinateur.
L’écriture dans les génériques de films: le cas Pablo Ferro, 2018
100 pages, 189×265 mm
Impression numérique et risographie.