+33 (0)7 86 09 70 14 ⎮ à proposmail

De 1948 à 2014, 360 expositions (personnelles et collectives) furent consacrées à Raymond Hains. Qu’elles aient eu lieu au sein d’institutions majeures ou dans de petites galeries, elles furent, pour la grande majorité, accompagnées de cartons d’invitation. Au-delà du rapport immédiat qu’ils entretiennent à l’oeuvre de l’artiste, ces ephemera, dits paratextuels, (si l’on s’en réfère à la définition qu’en donne Gérard Genette dans Seuils), sont de véritables marqueurs visuels de leur époque. Ils témoignent de l’évolution du rôle des identités visuelles dans la représentation des institutions et plus généralement, de l’attention croissante prêtée par ces dernières à leurs images.
        Cette publication et un archivage de ces derniers. Elle aborde l’oeuvre de l’artiste par le biais des expositions et de leurs documents paratextuels en adoptant la forme d’un catalogue raisonné. Elle propose de répertorier et d’inventorier chronologiquement ces cartons d’invitation issus de deux fonds: le Frac Bretagne et la Bibliothèque Kandisky.
        Le catalogue a été envisagé comme un outil de recherche: les cartons y sont présentés à échelle 1, donnant à voir la variété des formats et la classification s’opère au travers d’une nomenclature précise ainsi que par l’ensemble des données factuelles inhérentes à ces derniers (formats, fonds, nature de l’exposition, etc.). Cet archivage a été augmenté par une liste de l’ensemble des expositions de Raymond Hains, de 1948 à 2014, en partie répertoriées par Pierre Leguillon dans le catalogue du Centre Pompidou J’ai la mémoire qui planche (2001).

Raymond Hains, invitations, 2017
En collaboration avec Camille Bonnivard.
286 pages, 240×340 mm